La tradition est si forte que les générations
“La tradition est si forte que les générations futures vont rêver de ce qu'elles n'ont jamais vu.”

Gilbert Keith Chesterton
NOVITÀ IN LIBRERIA Henry de Montherlant IL SOLSTIZIO
⚠️ NOVITÀ IN LIBRERIA ⚠️

Henry de Montherlant
IL SOLSTIZIO DI GIUGNO

Il libro più discusso della letteratura “collaborazionista” francese

Il 14 giugno 1940, le truppe tedesche entrano a Parigi e sfilano vittoriose sugli Champs Elysées. Pochi giorni dopo, in occasione del solstizio d’estate, il vessillo uncinato sventola su Notre-Dame. Come per incanto, la festività pagana torna ad assumere un potente significato ancestrale.

Agli occhi di Henry de Montherlant, atterrito dalla sconfitta francese e abbagliato dalla potenza germanica, il trionfo “astronomico” del sole rappresenta la rivincita della “ruota solare” sulla Croce. La spiritualità indoeuropea – improvvisamente – sembra prevalere sulla cristianità, per mano di un popolo “al quale spetta ora il compito di distruggere la morale borghese ed ecclesiastica dalle rive dell’Atlantico fino ai più lontani confini della Russia”.

Nella luce sfolgorante del solstizio di giugno, anche il tragico destino di una patria umiliata pare confondersi in una misteriosa corrispondenza di segni cosmici ed eventi umani. È questo lo sfondo di un classico che è stato definito – a ragione – “il più discusso libro della letteratura della Collaborazione”.

INFO & ORDINI:
www.passaggioalbosco.it
2 août 1914 premier mort français de la
2 août 1914 : premier mort français de la première guerre mondiale.

Le caporal Jules-André Peugeot est tué à Joncherey, c'est le premier militaire français mort dans ce qui sera la Première Guerre mondiale.
La dernière photo de Manfred von Richthofen alias
La dernière photo de Manfred von Richthofen, alias le Baron Rouge, le montre jouant avec son dogue allemand, Moritz, quelques instants avant qu’il n’entreprenne son dernier vol. Arthur Roy Brown, l’homme qui l’a abattu, a écrit :

“ […] la vue de Richthofen, alors que je m’approchais, me fit sursauter. Il m’est apparu si petit, si délicat. Il avait l’air si amical. Des cheveux blonds, doux comme de la soie, comme ceux d’un enfant, tombaient de son front large et haut. Son visage, particulièrement paisible, avait une expression de douceur et de bonté, de raffinement. Soudain, je me suis senti malheureux, désespérément malheureux, comme si j’avais commis une injustice. Avec un sentiment de honte, une sorte de colère contre moi-même se déplaçait dans mes pensées, celle de l’avoir forcé à rester couché là. Et dans mon cœur, je maudissais la force qui se consacre à la mort. J’ai grincé des dents, j’ai maudit la guerre. Si j’avais pu, je l’aurai volontiers ramené à la vie, mais c’est un peu différent que de tirer avec un fusil. Je ne pouvais plus le regarder en face. Je suis parti. Je ne me sentais pas comme un vainqueur. J’avais une boule dans la gorge. S’il avait été mon ami le plus cher, je n’aurai pas pu ressentir plus de chagrin.”
Le Freiherr Manfred Albrecht von Richthofen reçut un enterrement militaire complet de la part du 3ème escadron de l’Australian Flying Corps, qui incluait une couronne commémorative portant les mots “ A notre vaillant et digne ennemi ”.
Couverture du nouvel album Devotio
Couverture du nouvel album "Devotio".
On ne juge pas les politiciens sur ce
« On ne juge pas les politiciens sur ce qu’ils disent, mais sur ce qu’ils font. Il est fort possible qu’au moment du confinement, Macron ait commencé à réaliser que la dépendance de la France lui est préjudiciable, mais je pense qu’il est incapable de résister à son tropisme d’origine. C’est un libéral-autoritaire, un manipulateur narcissique, pour qui la politique se résume à une affaire de dossiers. Je suis convaincu que, loin de se “remettre en question”, il cherche seulement un “autre chemin” de parvenir au même but : réformer la France pour l’adapter aux exigences de la mondialisation, c’est-à-dire des marchés financiers. Ce sera seulement beaucoup plus difficile qu’avant, car dans une Europe en récession, la France se retrouve dans une position pire que presque tous ses voisins. […]

En fait, la précarité va se généraliser, le pouvoir d’achat va s’effondrer, les faillites et les dépôts de bilans vont se multiplier (et pas seulement dans les secteurs sinistrés), le nombre des chômeurs va bondir, le tout sur fond de montée des radicalisations et d’ensauvagement de la société. »

Alain de Benoist, entretien, Boulevard Voltaire, 2 août 2020.

2819099

Каналов

109137067

Сообщений